Simon Deppierraz
Eléonore Varone
12.11.22
16.12.2

Simon Deppierraz (*1984) vit et travaille à Lausanne. Depuis 2006, de nombreuses expositions personnelles en Suisse et à l’étranger jalonnent son parcours artistique.
Eléonore Varone (*1987) est commissaire d’expositions indépendante et depuis septembre 2021 responsable des expositions de la Fondation Bex&Arts.
La galerie OBLIQUE se trouve au rez-de-chaussée d’un ensemble de quatre maison anciennes dans la grand-rue de Saint-Maurice rénovées par le bureau GayMenzel. Simon Deppierraz se propose d’entrer en relation forte avec l’architecture des lieux, il est invité par la curatrice Eléonore Varone pour une exposition intitulée Vertiges et s’en explique en ces termes: « Le lieu résonne si fort qu’il me paraît nécessaire de m’entourer de quelqu’un dont la pratique artistique questionne l’espace de manière située. (…) Son travail me captive autant pour le dialogue qu’il propose avec les espaces que par les thématiques qu’il fait résonner en moi. Ce n’est pas par le monumental qu’il répond au monumental, mais plutôt par la finesse d’un regard qu’il détourne, qu’il déstabilise ou qu’il décide de conduire quelque part. Son soin du détail fait se rencontrer lourdeur et légèreté, danger et sécurité, équilibre et gravité.(…)

/ simondeppierraz.ch

Palindrome

Deux pierres calcaires sont suspendues dans la dernière pièce où nous emmène la déambulation. Le système de fixation est d’une simplicité à la fois efficace et effrayante. Les pierres sont perforées. La corde qui vient du plafond traverse ce trou, puis enlace le rocher pour venir se coincer sur elle-même. C’est donc le seul frottement qui permet à cette masse de 300kg de ne pas s’écraser au sol. Cette corde traverse ensuite la pierre, puis l’ensemble des pièces pour venir enlacer un deuxième caillou. Le fil va et vient, l’oeuvre fonctionne comme un palindrome, figure littéraire qui permet de lire le même mot dans les deux sens. Cette installation met tout l’espace en tension, en tenant compte du fait que, si un élément lâche, le système s’effondre. (…) Eléonore Varone

Crucem

Un des espaces les plus surprenants, c’est celui que l’artiste a nommé la « chapelle ». C’est une pièce en double hauteur mais aussi en double espace qui nous donne la sensation d’être à la fois situé à l’intérieur et à l’extérieur. Entre du pérenne et du temporaire. Un état autant brut que délicat, qui fait figure de témoin de l’histoire de ces vieilles maisons. Au plafond, un coffrage béton, une intervention assurément contemporaine, nous renvoie à la forme d’un crucifix et donne à cette salle une résonance particulière. Simon Deppierraz propose de déposer un miroir sur l’ensemble de la surface du sol afin de créer un reflet vertigineux de cette « chapelle ». (…) Eléonore Varone

Echelle réelle

Les architectes on enlevé des portes pour permettre un passage plus fluide. Pour certaines des ouvertures, il ont fait un coffrage en béton qui reproduit les caissons en bois traditionnels posés lors d’embrasures dans les parois. A l’aide d’une vieille technique de relevé, le frottage, Simon Deppierraz souligne cette fois un détail du bâtiment actuel par le dessin. Huit dessins à échelle 1:1 représentent les côtés gauche et droite des embrasures en faisant ressortir les veines du bois qui a servi de coffrage. Les boiseries devenues béton retrouvent alors un aspect original, comme un retour aux sources. Eléonore Varone

Start typing and press Enter to search